CULTURE DU DÉNI OU FLORAISON DES CONSCIENCES?

Rémy Schaepman

Cette œuvre évoque le déni dont fait preuve l’écrasante majorité de l’humanité concernant l’ensemble des problématiques écologiques. Les avertissements incessants des scientifiques et le combat d’une minorité de militants participent à la prise de conscience (très progressive) de la population. Cette lutte pour sensibiliser les masses est figurée par l’eau (issue d’un arrosoir actionné par des activistes hors-champ), venant irriguer une terre sèche, et permettant aux personnages de relever la tête et d’ouvrir les yeux (et les pétales). Le déni est illustré par cette monoculture de personnages prostrés, la tête dans le sol, semblables à des tiques aspirant toute vie sur cette terre rendue aride. Le titre met en avant les deux options qui s’offrent à nous, en filant la métaphore agricole.

Licence : CC BY-NC-ND 4.0

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s