Maïak

Jules Rigolle

Le 29 septembre 1957, une explosion se déclenche à l’usine de séparation du plutonium de Mayak en Russie. Le site est utilisé par l’entreprise Rosatom pour entreposer et stocker les combustibles nucléaires usés des réacteurs. L’accident, gardé secret pendant 19 ans par les autorités russes, est aujourd’hui considéré comme la troisième plus grosse catastrophe nucléaire de l’histoire, juste après Tchernobyl et Fukushima. En tout, plus de 300 000 personnes furent exposées aux radiations et le sont toujours, le site continuant de recevoir aujourd’hui du combustible nucléaire usé, comme si l’incident n’avait jamais eu lieu.

Fondatrice de l’ONG « Planète de l’Espoir » en Russie, Nadezda Kutepova est une militante des droits humains, réfugiée politique en France depuis 2015. Son activité consiste essentiellement en l’information et la défense juridique des personnes victimes de la contamination de la région autour d’Oziorsk, où elle est née et a vécu 43 ans.

Légende :
Vladimir Poutine, président du gouvernement russe
Franck Lebeugle, directeur générale d’AFNOR certification, qui a délivré un certificat de bonnes gestion écologique à Maïak
Une journaliste de la télévision d’état Russe, qui a poussé l’intimidation jusque sur le palier de Nadezda Kutepova
Alexei Likhachev, directeur général de Rosatom
Nadezda Kutepova
Viatcheslav Volodine, président de la Douma, la Chambre basse du Parlement de Russie, ayant déclarée Nadezda Kutepova « personne indésirable ».

Licence : CC BY-NC-ND 4.0

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s