ORANGES SUR ORDONNANCE

Margo Roquelaure

Emmanuelle Huet-Mignaton a été opérée d’une tumeur au cerveau ou méningiome «gros comme une orange». Cette tumeur, elle la doit à son traitement par Androcur, un médicament hormonal commercialisé par les laboratoires Bayer.

Conçu pour lutter contre l’hyper-pilosité chez la femme et aussi soigner du cancer de la prostate, l’Androcur était pourtant majoritairement prescrit par les médecins en dehors des termes de son autorisation de mise sur le marché (ou AMM), notamment contre l’acné sévère, ou l’endométriose.
Il y a 10 ans déjà, le corps sanitaire français alertait sur le développement de méningiomes chez les femmes sous traitement, mais jusqu’à récemment encore des patientes n’étaient pas informées par leurs médecins, qui sous-estimaient la dangerosité du médicament.

Des études réalisées récemment montrent que la prise d’Androcur multiplie par 7 le risque de méningiome au bout de 6 mois, et par 20 (ou plus) au-delà de 5 ans de traitement à forte dose. Plus de 500 femmes prenant de l’Androcur et ses génériques ont subi une intervention pour un méningiome entre 2007 et 2015.

Devenue une victime-lanceuse d’alerte, Emmanuelle Huet-Mignaton a lancé Amavea, une association cofondée avec Nathalie Grillot, autre victime puis combattante du médicament nocif. Cette association a pour objectif d’aider les victimes, et d’informer les femmes traitées par Androcur ainsi que par d’autres types de médicaments hormonaux.

Licence : CC BY-NC-ND 4.0

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s